Hunger Games parallèle avec la tv réalité.

 « The Hunger Games » est une satire incisive des émissions de télé réalité. Il est donc facile de comparer l’œuvre de Suzanne Collins avec les romans parlant de « sports sanglants gouvernementaux et de médias totalitaire », par exemple « Running Man » ou « Battle Royale ». Mais il y a une différence importante. Dans les précédentes histoires de jeu très dangereux, le « sport sanglant » est essentiellement un jeu télé macabre. Mais « The Hunger Games » a été écrit dans un contexte médiatique très différent. Suzanne Collins a expliqué que l’idée initiale de la saga lui est venue quand elle zappait entre deux chaînes télévisées, l’une couvrant la guerre et l’autre étant une chaîne de TV réalité. Avec efficacité, Suzanne Collins a tissé de nombreuses références à la TV réalité dans sa saga :

Le relooking : Une des grands « complot caché » récurrent dans l’émission American Idol est l’intention ferme de rendre « Hollywoodien » les concurrents durant toute la saison. Vous souvenez vous quand Clay Aiken avait des lunettes ? Ou quand Adam Lambert n’a pas porté d’eyeliner ? Pratiquement le premier tiers du roman se concentre sur ce processus de transformation, y compris une séance de cire sur tout le corps…

La robe : Que serait une transformation sans quelques nouveaux vêtements ? Un des alliés les plus proches de Katniss est Cinna, son styliste Alexandrer Mc Queen-esque. Dans le morne contraste avec l’équipe préparatoire inconstante, Cinna est une figure semi-héroïque dans les « Hunger Games ». Cinna ressemble presque à un concurrent de la version fasciste de « Project Runway », utilisant les « panoplies » de Katniss pour véhiculer et exprimer des idées potentiellement dangereuses.

Le Showromance : « Showromance », dans sa définition la plus cynique, est une fausse romance créé par l’équipe de TV réalité pour aider deux concurrents. C’est ce que l’on peut retrouver avec le flirt obligatoire de Katniss avec Peeta dans « The Hunger Games ». (Soit, Peeta pense que la romance est réelle, mais comme toute personne ayant regardée « The Bachelor » peut l’attester, un bon showromance a toujours besoin d’un « naïf »).

Les éditions spéciales : « L’embrasement » sur le « Quarter Quell », une édition spéciale des Hunger Games, dans laquelle les anciens gagnants reviennent dans l’arène pour recommencer à se survivre. Pratiquement toutes les émissions de télé réalité majeur a une édition « spéciale » avec les « stars ». Mais le « Quarter Quell » ressemble plus au « MTV’s Real World Road Rules Challenge », la franchise où des vieux ennemis et des ex s’engagent dans des exploits de force.

Le présentateur : Caesar Flickerman est le présentateur TV sans âge qui interview les tributs avant qu’ils n’entrent dans l’arène. Costumes fous, bronzage permanent, sourire gravé sur le visage : il est l’écho basique de Ryan Seacrest dans 40 ans.

Lecteurs, avez-vous découvert d’autres références à la tv réalité dans les « Hunger Games » ? Les juges ? Plutarque est-il la version de Panem de Simon Cowell ?

 

Traduction by H.G tiré du texte de EW.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site